La “Happy Story” de EL MARTO au BURKINA FASO

El Marto, street artiste Franco burkinabè résidant à Ouagadougou, au Burkina Faso, nous raconte ici sa Happy Story de la conversion d’une de ses fresques en une autre suite a quelques polémiques de voisinage.

Vous êtes un street artist. Vous avez œuvré à une expérience positive similaire. Nous aimerions partager votre histoire.

DRIP'IN s'inspire de l'art de rue de Maser au Vietnam

Une fresque en hommage au “vivre ensemble”

El Marto colore les murs du Burkina Faso depuis de nombreuses années. Dépeignant les scènes du quotidien et prônant le rassemblement entre les peuples, El Marto marque son engagement au travers de ses fresques.

En 2018, il réalise sur un  mur une scène présentant différents personnes de différentes nationalités en train de piler ensemble. Cette peinture, intitulée « Tous au pilon », est une ode au multiculturalisme et au vivre ensemble.

Avec cette peinture, l’artiste El Marto invite ainsi les gens du Burkina Faso comme ceux du monde entier à œuvrer collectivement pour le bien de tous.

Les 4 personnages symbolisent la diversité des peuples et cultures, tel le Touareg represente dans son habit traditionnel avec turban.

DRIP'IN est inspiré par l'artiste Maser et sa fresque de Noël

Quand le street art fait réagir

Au fil du temps, la propriétaire du mur, amie de l’artiste, l’interpelle sur le nombre croissant de plaintes de la part du voisinage. En effet, les gens du quartier s’insurgent contre ce qu’ils pensent être la représentation « d’un djihadiste » au sein des personnages pilant ensemble.

Malgré tous les échanges et discussions pour expliquer l’authenticité de sa démarche, El Marto fait face à cet amalgame non souhaité. Ne voulant pas créer plus de polémique, El Marto préfère satisfaire à la demande de son amie de recouvrir le mur. 

DRIP'IN est inspiré par l'artiste Maser et sa fresque de Noël

Rare expérience de retravail

Comme El Marto le souligne, il est peu fréquent de reprendre une pièce. Surtout lorsque cette dernière n’était pas destinée à diviser mais à rassembler.

De fait, pour cette reconversion, El Marto ne souhaitait pas simplement recouvrir son ancien travail.
Artiste engagé, il a cherché à porter un autre message, à donner un sens à cette nouvelle fresque.

Ce fut fait en mars 2020, avec une fresque intitulée « Crie baby crie ».

Au travers de cette œuvre, l’artiste a souhaité montrer que toutes les voix comptent, particulièrement celles des femmes dans un monde si masculin.

 

Credit photos: Rasca Prod

Fresque au Burkina Faso de l'artiste El Marto

DRIP’IN s’engage pour les histoires les plus “happy”

DRIP’IN s’engage à publier la “Happy Story” de chaque artiste, les 3 histoires les plus positives étant déterminées par leur nombre de coups de cœur.
Le gagnant recevra une lithographie en acier gratuite de son œuvre, et les 2 gagnants suivants recevront une impression giclée gratuite de leur œuvre, de qualité musée.

Racontez nous votre "Happy Story"

3 + 4 =

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ articles

GRAFFITI

GRAFFITI

Le graffiti a toujours fait partie de l’homme, quel que soit le point d’origine de ces traces de l’homme pour les hommes.

Festival des Arts Urbains de Saigon – Jam Avril 2021

Festival des Arts Urbains de Saigon – Jam Avril 2021

Performance exceptionnelle Les 24 et 25 avril prochains, DRIP'IN et l'Institut français du Vietnam ont l'honneur de vous inviter à un grand événement de street-art dans les jardins de la Résidence de France ! Lors de cette performance exceptionnelle, les 6 meilleurs...

Street art

Street art

Le street art, plus grand mouvement artistique global, continue sa progression sur tous les continents et dans tous les pays du monde.